Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une soirée entre potes.

Boitaclous. Chanteuse, comédienne, musicienne, humoriste, avec ses quatre musiciens complices, Juliette ravit le public du palais des congrès.

 

On croyait assister à un tour de chant, et bien non, on c’est un vrai spectacle avec mise en scène et accessoires. Au centre, la reine Juliette, « ronde de cul, frisée de tif » comme elle dit elle-même, « pas féminine » (c’est une de ses chansons) et binoclarde puisqu’elle célèbre cette vaste communauté des porteurs de carreaux.

Ça démarre façon comédie, l’artiste faisant mine de préparer une soirée chez elle, se demandant « ce que foutent tous ces gens en face. » Alors qui s’occupe du fromage, qui des boissons...Ce sera le fil conducteur du spectacle. Le ton est donné, ça va déconner, sauf que dès que Juliette se met au piano et entonne sa première chanson c’est la beauté de la voix, la richesse de la mélodie, la pertinence du texte qui l’emportent. Enchaînant chansons, anecdotes et prises de position durant près de deux heures, Juliette ne laisse aucun temps mort. Tour à tour drôle, caustique, émouvante ou mal embouchée, elle cause et chante avec l’appui de quatre musiciens hors pair. On aura droit à une hilarante parodie de la cérémonie des César, à un éloge de la procrastination mais aussi à un texte bouleversant sur les migrants. C’est tout Juliette, sans complexe et sans concession qui, selon le titre de son dernier album « n’aime pas la chanson. »

En première partie, une belle découverte, Nicolas Fraissinet, lui aussi auteur compositeur interprète.

NG

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :