Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trente ans, c’est symboliquement fort

Visa 1er-16 septembre. Un anniversaire sans budget spécial mais toujours l’émotion et un hommage aux femmes photojournalistes.

 

A quelques jours de l’inauguration, samedi 1er septembre, c’était, sur les hauteurs du Palais des Congrès de Perpignan, le lancement de la trentième édition de Visa.

« Mesurons le chemin parcouru » déclarait Jean-Paul Griolet, président de l’association Visa pour l’image. Il donnait ensuite quelques nouvelles : les soirées débuteront à 21h30, à l’occasion des 30 ans celles du mercredi au samedi seront retransmises au théâtre de l’Archipel également utilisé en cas de pluie. Autre annonce, lors de la soirée d’ouverture, une projection de six minutes sera consacrée aux événements de Catalogne, qui feront aussi l’objet d’une table ronde le mardi 4 septembre de 15 à 17 heures intitulée : « Traitement médiatique de la crise catalane : les événements du 1er octobre 2017 ». Sachons aussi que la ministre de la culture est attendue à Visa le 7 septembre. Enfin, pas vraiment un scoop, le contrat de Jean-François Leroy est renouvelé pour 3 ans.

Jean-François Leroy qui tenait à faire une « mise au point » musclée sur tout ce qui a été dit et écrit sur lui à propos de la non exposition sur la Catalogne. « Des conneries et des insultes, on m’a même accusé d’être un suppôt du franquisme ! » Et de rajouter que « ce sujet est pour la presse écrite, les photos ne racontent rien (sic)» donc avec la projection du lundi soir et la table ronde le directeur de Visa estime avoir rempli son contrat.

 

Le monde comme il va

Il attirait ensuite l’attention sur les points forts des quelques 25 expositions. Les contaminations de Samuel Bollendorff ou 7 lieux de la planète rendus impropres au développement humain, en partenariat avec le journal Le Monde. Le travail d’Andrea Bruce sur les conséquences dramatiques de la défécation en plein air. La crise des Rohingyas qui fait l’objet de deux expositions. Le quotidien à Gaza par Khalil Hamra qui s’y est installé avec femme et enfants. Le parcours de Ghorban, jeune réfugié afghan, qui autorise l’espoir. Le boom de la natalité en Colombie chez les anciennes des FARC. Le noir et blanc du reportage poignant de Yan Morvan sur Bobby Sands. Et beaucoup d’autres à visiter du 1er au 16 septembre, toujours gratuitement.

Jean-François Leroy annonçait un « clin d’œil » sur le rugby catalan, des projections à l’Institut Jean Vigo, et deux initiatives sur les femmes photojournalistes, une table ronde Canon sur le sujet qui sera aussi celui des 6es Rencontres de la SAIF (Société des auteurs des arts visuels et de l’image fixe).

Ajoutons qu’en l’honneur des 30 ans il y aura 2 soirées de projection à la grande halle de la Villette (15 et 16 septembre) pour les 30 ans, une expo sur le parvis de la gare de Lyon à Paris. Un anniversaire pourtant sans budget spécial, avec la perte de deux partenaires heureusement remplacés.

Ce qui n’entache pas l’image d’un festival toujours attractif pour le public et les professionnels et qui s’attache à être « un point d’ancrage pour les jeunes photo reporters ».

NG

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :